Ma future expatriation: le PVT Canada, mon parcours et autres questionnements... / Autour de Cia

SLIDER

Ma future expatriation: le PVT Canada, mon parcours et autres questionnements...

De l'autre côté de l'atlantique


Voilà 6 mois que je n'ai pas écrit un article! La raison est multiple mais surtout cela fait des mois que ma vie prend un nouveau tournant. ça cogite, ça m'occupe beaucoup. Et je ressens le besoin d'en parler avant de recommencer à bloguer de façon plus régulière. Alors qu'est-ce qui se passe? Bon, pas de suspense car c'est dans le titre: JE DEMENAGE AU CANADA!


Oui, j'ai obtenu l'an dernier un permis vacances-travail (PVT) canadien, qui me permet de travailler pendant 2ans au Canada. Il faut que j'active mon permis avant l'été si je veux en profiter donc le déménagement est imminent. 

Le PVT, Késaco? 

Il s'agit d'un permis temporaire qui permet au détenteur de voyager dans un pays mais aussi d'y travailler. C'est un bon moyen de profiter pleinement d'une expérience professionnelle à l'étranger. 

Avec ce type de permis, vous n'êtes pas rattaché à un employeur en particulier. C'est à vous de chercher un boulot. Un gros, c'est une autorisation officielle pour travailler sur un territoire. Bon ça c'est pour le "T" du PVT, oui vous pouvez travailler avec ce permis. 

Mais il y a aussi le "V" du PVT qui lui signifie Vacances. En effet, ce permis vous permet de rester entre 1 an à 2 ans sur un territoire selon les cas. Vous n'êtes absolument pas obligé de travailler. Si vos finances vous le permettent, vous pouvez uniquement en profiter pour voyager. 

Généralement, les personnes se servent de leur PVT pour voyager tout en finançant leurs voyages grâce à des petits boulots. Mais de plus en plus de personnes s'en servent comme un tremplin à une immigration plus longue, notamment dans les pays où le PVT a une durée de 2ans pour les français (le Canada).

Il existe de nombreux accords PVT entre la France et d'autres pays:  Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Japon, Corée, Argentine, Brésil, Singapour, ... 
La mine d'or du renseignement pour les PVT est très certainement le site PVTiste.net. C'est vous voulez des informations, c'est l'endroit où il faut vous rendre. 


Petite précision, le PVT canadien est le plus dur à obtenir car il est soumis à des quotas et à un implacable tirage au sort. 


Pourquoi choisir le Canada? Pourquoi repartir?

J'ai déjà fait plusieurs expatriations dans ma vie: Belgique, Italie et Canada. Plus de la moitié de ma carrière professionnelle s'est déroulée à l'étranger. Je suis rentrée en France en 2014 et depuis lors je savais que je repartirai. Mais je ne savais pas quand! Au départ, je pensais que je repartirai plus vite. Quand je suis rentrée, je n'avais qu'une envie, c'était de repartir tout de suite. Et puis les semaines ont passées, les années, et au finalement je me suis faite à cette vie à peu près stable (c'est-à-dire au moins au même endroit plusieurs années). Oui avant je changeais de pays ou de villes presque tous les ans, donc niveau stabilité ce n'était pas vraiment ça! 

Mais fin 2017, j'ai commencé à ressentir un manque, un vide. J'avais l'impression de tourner en rond et de ne pas être à ma place. D'ailleurs ça se voit sur le blog, c'est la période où j'ai commencé à moins écrire sur le blog. 
Au départ, j'ai pensé que c'était dû à la reprise d'un travail salarié mais non. Enfin, il y a un peu de ça. J'avais moins de temps pour le blog parce que je travaillais. Mais au fur et à mesure, je me suis rendue compte que ce travail, cette façon de travailler, la mentalité française pour le travail ne me correspondaient pas. C'est peut-être cliché pour certains de dire ça . Mais je n'ai jamais réellement trouvé ma place ici. Alors je ne sais pas si c'est dû au fait que j'ai commencé ma carrière à l'étranger, donc avec des façons de procédés différentes, mais je ne me suis jamais sentie à l'aise avec le travail en France. Je pourrais vous en parler dans un autre article sur le sujet vous intéresse. 

En fait, je me suis rendue compte que j'étais très heureuse quand je vivais à l'étranger, que je me sentais mieux à l'étranger, que malgré l'inconnu j'étais plus à l'aise. Le besoin de repartir c'est fait de plus en plus présent. Cela ne veut pas dire que je n'aime pas mon pays. Je suis très fière de la France et d'être française mais je me sens mieux en tant qu'expatriée.

Cette fois-ci, je souhaitais repartir mais pour du long terme. Pas seulement quelques mois ou un an comme avant.  Je voulais plus! En réfléchissant aux différents pays où j'ai vécus et mes expériences, le Canada est ressorti très vite car je garde un souvenir extrêmement fort de cette expatriation même si ça était la plus courte. En partant en 2012 (pioouuuuuuu ça remonte), je m'étais promis d'y revenir. ça était un crève cœur de partir car je me sentais chez moi à Ottawa. Les années ont passés et le Canada est resté loin si longtemps. 

Début 2018, j'en discuté avec M.Cia car maintenant je ne peux plus envisager l'expatriation seule et je lui dit que je souhaitais repartir plus que tout. Bien qu'effrayé par l'idée, il a été d'accord pour tenter l'aventure du PVT au Canada. 

Nos démarches pour le PVT Canada


Je nous ai donc inscrits tous les deux pour le PVT canadien au début de l'année 2018. Oui, c'est moi qui ait fait les dossiers pour nous deux. Une inscription chacun et ensuite on croise les doigts pour être tiré au sort et ainsi présenter notre demande de PVT.  
Tant que vous n'êtes pas tiré au sort, vous ne pouvez pas remplir votre demande et donc vous ne pouvez pas obtenir de PVT. Comme c'est un tirage au sort, cela peut arriver le lendemain de votre inscription comme jamais. D'où l'angoisse de tous les gens qui postulent au PVT Canada.

Dans nos cas, on a été plutôt chanceux. M. Cia a été tiré au sort 4 jours après son inscription en 2018. Il ne s'y attendait pas. Cela a été très vite. La possibilité de repartir très vite à l'étranger s'ouvrait donc à nous. Oui comme nous vivons ensemble depuis plusieurs années, j'ai la possibilité de l'accompagner et d'obtenir également un permis qui sera rattaché au sien. 

Bon les mois passent et moi aussi je suis tirée au sort en juin 2018. C'est quand même bien d'avoir son propre permis! Je commence les démarches en étant très heureuse, ça fait quand même 6 ans que je m'étais promis de revenir au Canada.
Mais bon comme je suis encore en France, vous avez compris que ça ne s'est pas passé comme prévu. Pour des raisons professionnelles, j'ai dû refuser l'invitation du PVT Canada et ne pas continuer mon dossier. Le moment où j'ai cliqué sur le bouton"ANNULER MA DEMANDE" a été l'un des choses les plus tristes que j'ai faite, j'en ai pleuré plusieurs jours et même quand j'y repense. 
Mais c'était la vie! En faisant ça, cela me permettait de pouvoir repostuler plus tard car nous avons droit à une seulle participation au PVT Canada. Cela veut dire que si j'étais aller au bout des démarches et que si j'avais obtenu ma lettre pour partir mais que je n'étais pas partie, et bien tout était perdu. J'ai donc joué la carte de la sécurité en annulant ma demande. 

Oui, c'est un tirage au sort. Je prenais donc le risque de ne jamais être re-tirée au sort. 

En janvier 2019, libérée d'obligations professionnelles, je me suis réinscrite pour le PVT Canada. Une semaine plus tard, j'ai été tiré au sort et j'ai été invité à compléter ma demande. En un an, le processus avait un peu changé, il y avait des étapes supplémentaires comme la collecte des données biométriques. 
J'avais également vécu à l'étranger, je devais donc fournir les certificats de polices des pays concernés. Cette étape a été un vrai parcours du combattant notamment pour les certificats de polices italiens (j'en parlerai dans un article dédié car il y a peu voir pas du tout d'informations sur internet concernant ces documents).  Mes collègues s'en souviennent et sans leur soutien, leur aide, je ne serais jamais arrivée à obtenir ces certificats.
Bref après 6 mois de traitement, j'ai obtenu mon fameux sésame (mon autorisation de partir) en juin 2019. 

Afin de préparer au mieux cette expatriation (argent, déménagement), j'ai décidé de ne pas partir tout de suite surtout que M.Cia est encore sous contrat. En effet, nous avons 1an pour entrer sur le territoire afin d'activer notre permis. J'ai donc jusqu'au mois de juin 2020 pour aller au Canada. Autant vous dire que c'est demain. 

Si cela vous intéresse, voici le lien d'une vidéo sur Facebook pour le forum Destination Canada où je parle de mon expérience et de mes attentes.  


Et la suite alors!


Voilà mon rêve de repartir arrive bientôt et évidemment avec lui de nombreux questionnement. 
Cette fois-ci, c'est pour 2 ans mais j'aimerais plus.

Où aller! On me demande ça tout le temps. J'avoue que rien n'est fixé. Quand je dis que je pars au Canada, on me parle tout de suite de Montréal. 
Même si ma tête me dit va à Montréal pour de multiples raisons, mon coeur me parle encore de l'Ontario et de revenir dans une province anglophone (malgré mon anglais qui est bien pourri depuis que je ne le pratique plus!). 

Pour l'instant, il me reste encore de la paperasse à faire. Eh oui, je dois refaire mon passeport et ça contrait un peu mon départ. J'attends donc mon passeport avec impatience pour décider de la destination finale. 

En attendant, je tris mon appartement depuis des mois. Et cela n'est pas une mince à faire quand on a tendance à accumuler et à être attachée sentimentalement à chaque objet que l'on possède. Je semble très matérialiste quand je dis ça, mais c'est plus compliqué. Je peux vivre avec peu, mais chaque chose à une valeur pour moi. Et depuis 6 ans, depuis que je suis revenue en France, le peu de choses a fini par grandir. 

J'apprends donc à trier, à donner, à jeter, à vendre, à me défaire des choses. Mais c'est compliqué! C'est éprouvant! C'est physiquement et mentalement éprouvant! Évidemment, il y a la satisfaction aussi des choses qui avancent mais il y a toutes les questions qui viennent avec. Il y a le stress du départ, chose que je n'avais pas ressenti depuis longtemps. 

Et cette fois-ci, je ne suis pas seule dans cette aventure. Il y a M.Cia et il y a aussi Naboo, notre chat, qui est de la partie. Il s'agit d'une expatriation plus longue, plus mature qui demande plus de préparation, plus d'organisation, ... Nous sommes tous les deux trentenaires. Nous ne partons pas pour le côté vacances, mais pour la partie professionnelle avec l'envie de trouver un travail qui nous plaira à tous les deux.

J'oscille actuellement entre l'excitation du départ et le stress. J'ai l'impression d'être deux personnes, tantôt l'une pleure de peur, tantôt l'autre est un débordement de joie prête à tout plaquer pour partir (mais putain il y a ce foutu passeport en attente!). Bref, je passe du rire aux larmes en une fraction de seconde. Je suis à fleur de peau! Je peux chialer pour des pubs, des vidéos de bébés chats, bref pour tout et n'importe quoi...

Je vous partage mes nombreux tris sur Instagram et mes questions qui vont avec. Putain mais où on peut vendre ses livres sans que le prix soit ridicule, où donner ses crayons Bic bleu et noir que vous avez en 352 exemplaires? PUTAIN MAIS POURQUOI VOUS EN AVEZ AUTANT! Et puis comment avez-vous fait pour accumuler plus de 52 tote bags (bon quand tu vois que c'est que des sacs publicitaires que t'as eu à des événements blogs, tu te dis qu'il y a un truc qui cloche!).

Je m'intéresse maintenant au zéro déchet, un peu pour l'écologie, mais surtout à cause du stress d'acheter un truc que je devrais abandonner dans quelques semaines. OUI AS-TU VRAIMENT BESOIN DE NOUVELLES CHAUSSURES ALORS QUE TU PARS?
Bref, chaque sortie, chaque achat me rappellent que je vais partir, qu'il faut que j'économise, que je fasse attention. 
Je vous en parlerai dans un prochain article car un déménagement, c'est beaucoup de tris, de stress et de questionnements. 


Voilà pour les dernières nouvelles me concernant. Vous avez vu, c'est un peu décousue car rien n'est complétement calé! Mais cela m'a fait du bien de vous en parlez car c'est ce qui occupe ma vie en ce moment, pour les mois, les années à venir, ... 

Les articles sur le blogs vont donc suivre. Je vous parlerai prochainement de tris, de déménagement, ... J'espère que ce sont des sujets qui vous intéresseront. 

Et vous, avez-vous déjà tenté l'aventure de l’expatriation ou d'un déménagement longue distance? 
Quels ont été vos émotions, vous questionnements lors de ces étapes? 
Quels sont les sujets que vous aimeriez que j'aborde concernant le PVT ou le déménagement?


Aucun commentaire

Publier un commentaire


Merci pour ton joli petit mot! Profite bien ce qu'il y a autour de toi...
♥ ♥ ♥ ♥

© Autour de Cia • Theme by Maira G.