SLIDER

Mes 5 séries Netflix préférées



Bon visionnage


Quoi de mieux pour revenir en douceur sur le blog avec un article léger! Et puisque ces derniers temps, j'ai regardé beaucoup de séries. Je vous propose de découvrir mes séries Netflix favorites. Celles pour lesquelles, il me tarde de découvrir les prochaines saisons. Celles pour lesquelles, j'espère qu'il y aura de futures saisons. Et oui, on ne sait jamais avec Netflix.

Je me suis limitée à 5 séries pour m'obliger à faire un choix. Et cela a été dur car je regarde bon nombre de séries. Il y en a que j'adore et que je n'ai pas mis dans ce classement. Si ce genre d'articles vous plaît, je recommencerais l'exercice pour vous parler d'autres séries qui valent le détour. Les choix présentés aujourd'hui sont évidemment personnels, je vous présente des séries en fonction de ce que j'aime regarder. En voyant celles que j'ai cité, vous allez très vite voir un point commun. 

Si vous aimez les analyses séries, je vous propose d'aller faire un tour la chaîne de mon ami Rhomin, youtubeur sur les séries.  Bon Rhomin n'aime pas que les séries car il travaille avec moi sur le blog Escape Gamer and Master. 

Passons à ma sélection Mes 5 séries Netflix préférées


Dark


En 2019, le policier Ulrich Nielsen cherche désespérément son fils disparu, Mikkel, âgé de 12 ans. 33 ans plus tôt, en 1986, c'est son petit-frère Mads qui a disparu dans des circonstances tout aussi mystérieuses. Dans la ville de Winden, ce sont quatre familles, traumatisées par cette disparition, qui tentent de résoudre les mystères qui entourent la ville et sa région. Jonas Kahnwald est lui aussi marqué par cette affaire mais également par le suicide de son père. Il va tenter d'en savoir plus.
Les investigations des policiers et de certains habitants vont mettre en lumière une histoire qui recommence tous les 33 ans. Des évènements se déroulant en 1953, 1986 et 2019 sont étroitement liés.
Véritable coup de cœur pour cette série allemande regardée en VOST! Ah j'ai un peu souffert avec l'allemand car j'en ai jamais fait, il a donc fallu que mon oreille se fasse à cette langue et que je me détache un peu d'elle pour avoir le temps de lire les sous-titres. Mais franchement ça valait le coup! Je crois que c'est la série Netflix pour laquelle j'attends le plus la prochaine saison. 

Visionnée par hasard, commencée un dimanche après-midi alors qu'on avait envie de sortir mais qu'il commençait à pleuvoir. Entre faire le ménage et regarder une série, on est tombée sur Dark et il a été difficile de décrocher.

J'ai tout aimé de cette série, sauf les 5 dernières minutes de la saison 1 car même si cela ouvre des perspectives incroyables, j'ai peur que cela ne vire qu'au simple show post-apocalypse pour ados. Bref maintenant il faut attendre! 

Dark donne l'impression d'un huit clos alors qu'on traverse le temps et l'espace. Pourtant le fait de rester sur le même territoire (autour de la centrale nucléaire) et avec les mêmes personnages nous donne une impression de resserrement, alors qu'au fur-et-mesure l'intrigue se développe et l'espace-temps grandi. 

Pointée par beaucoup, la principale difficulté de Dark est son casting chorale qui se réparti sur 3 époques. Il y a beaucoup de personnages mais la plupart d'entre eux ont plusieurs âges car la série se déroule à  3 périodes différentes. Il faut donc jongler entre les personnages mais aussi entre leur différents âges allant de l'enfant à l'adulte. Et pour compliqué encore plus l'exercice, il faut bien faire attention à leur interconnexion. Si cela trop dur pour vous y retrouvez, je vous conseille de prendre un papier et un crayon pour faire un arbre généalogique et noter les relations entres les personnages.  

J'aime les séries avec des univers bien tranchés et des photographies bien léchées. C'est le cas avec Dark. J'ai adhéré à l'ambiance froide et lente qu'elle dégage. La photographie est vraiment très belle. L'affiche avec la forêt aux couleurs foncées et humide en contraste avec le jaune du ciré de Jonas traduit bien ce qui nous attend.
Et puis je suis fan du générique. La musique se retrouve dans ma playlist pour aller au travail.  

Si vous aimez les intrigues complexes, je vous recommande de regarder Dark. 


Strangers Things

A Hawkins, en 1983 dans l’Indiana. Lorsque Will Byers disparaît de son domicile, ses amis se lancent dans une recherche semée d’embûches pour le retrouver. Dans leur quête de réponses, les garçons rencontrent une étrange jeune fille en fuite. Les garçons se lient d’amitié avec la demoiselle tatouée du chiffre « 11 » sur son poignet et au crâne rasé et découvrent petit à petit les détails sur son inquiétante situation. Elle est peut-être la clé de tous les mystères qui se cachent dans cette petite ville en apparence tranquille… 

Peut-on dire autre chose que cette série est déjà un classique! Et les classiques ça se regarde sans discuter. 

Je crois que c'est en partie pour elle que j'ai commencé mon abonnement Netflix. Première série qui a mis tout le monde d'accord à la maison - on est rarement unanime. Sur la vingtaine de séries Netflix que l'on a regardé ensemble, je crois qu'il y en a que 4 ou 5 où l'on tombe d'accord avec M.Cia. Je vous en présente trois aujourd'hui. 

Stranger Things, c'est un peu le même coup de coeur que pour Dark: une série avec une intrigue complexe, un sens du détail et du décor, une photographie hyper travaillée et une ambiance affirmée. Et puis, il y a une affiche avec un néon, c'est bon c'est gagné pour moi! 

J'ai autant apprécié la saison 1 que la 2, même si c'est vrai que l'épisode coupure dans la dernière saison m'a moins emballé, surtout au niveau visuel.



13 reasons why


Clay Jensen, un adolescent de dix-sept ans, reçoit une boîte contenant sept cassettes de la part d'une de ses amies, Hannah Baker, qui a mis fin à ses jours quelques semaines plus tôt.
Ces sept cassettes, composées chacune de deux faces à écouter, contiennent chacune des treize raisons qui ont poussé Hannah Baker à prendre cette décision. Chaque face correspond également à une personne qu'elle considère comme responsable de son acte. Perturbé par la réception de ces cassettes, Clay va vite découvrir au fur et à mesure des révélations d'Hannah que ses camarades ne sont pas vraiment ce qu'ils laissent paraître.


Cela fait partie des séries que j'ai regardé seule et j'ai bien failli ne pas la mettre dans ce classement. En fait, je n'ai pas adhéré complétement à la saison 1. Pour ma part, c'est la saison 2 qui relève l'intérêt de la série. Et je sais que c'est loin d'être le point de vue de tout le monde. J'ai souvent lu sur internet que les critiques avaient moins aimé la saison 2. 

Si elle se retrouve dans mon classement, c'est pour l'élargissement des sujets traités et les perspectives que cela ouvrent pour la saison 3. A mon sens, cela fait partie des séries "utiles" qui traitent de sujets de société souvent mis de côté car toujours difficile à évoquer. C'est une série qui donne à réfléchir et à débattre. 

Je pense qu'on ne peut pas passer à côté de cette série.




3%


3% nous plonge dans une société dystopique divisée en deux : d’un côté les riches (3 % de la population) et de l’autre les pauvres. Pour pouvoir accéder à la plus haute strate, les participants n’auront le droit qu’à une seule chance, durant l'année de leur 20 ans, et se départageront autour d’épreuves. Mais seulement 3 % d’entre eux arriveront au bout. 

Allez aveu, je me suis regardée les deux saisons de 3% en trois jours. C'est bon maintenant je parle portugais!  

Pendant longtemps j'ai mis la série de côté à cause de la langue, j'avais peur que cela me pose problème, que je n'arrive pas à entrer dans l'histoire car c'est difficile de suivre une série quand on ne maîtrise pas la langue. Cette série fait partie des premières que je voulais regarder, elle fait partie de mes premiers choix Netflix. Pourtant je l'ai regardé seulement la semaine dernière et je n'ai pas décroché. 

C'est typiquement le genre de séries que j'aime. Oui, oui j'ai un truc avec les séries survivalistes. Mais elles ne sont pas toutes aussi réussies que 3%. Ici on mélange la simplicité et la complexité, deux antagonistes qui font de la série un succès de style.

J'ai aimé ici la complexité des personnages. Vous ne pourrez pas identifié de "méchants" et de "gentils". Si certains sont plus proches de l'un ou l'autre rôle, la réalité est bien plus complexe. Il n'y a pas place pour les personnages manichéens dans cette série. Et j'apprécie cette richesse de caractères. Pour tout dire, le seul personnage qui m'agace un peu est finalement le personnage principal de Michèle, certainement à cause de sa grande naïveté et le fait qu'elle se fasse en permanence influencer.

Rien ne se passe comme vous pouvez l'imaginer. Rares sont les séries qui arrivent à me surprendre car j'ai tendance à imaginer ce qui peut se passer et cela colle assez souvent au scenario. Avec 3%, il y a des retournements de situations que je n'avais pas vu venir: la fin de la saison 1 avec le rituel de purification et que dire de l'épisode 5 de la saison 2 qui m'a fait dire un "Putain mais qu'est-ce qui va maintenant!".

Du coup, j'attends la suite maintenant! 


Mindhunter


En 1977, à l'aube de la psychologie criminologique et du profilage criminel au sein du FBI, les agents Holden Ford et Bill Tench vont s'entretenir avec plusieurs tueurs en série. Ensemble, et avec l'aide de la psychologue Wendy Carr, ils vont tenter de cerner la personnalité de nombreux meurtriers afin d'acquérir les connaissances nécessaires à la résolution d'affaires criminelles.

Ah dernière série qui a fait l'unanimité à la maison!  J'ai découvert cette série signée David Fincher au cinéma. Oui, oui au cinéma. Bien installés dans nos fauteuils rouges à découvrir les bandes-annonces d'avant film, nous avons vu le teaser pour cette série. Je n'ai pas compris aux premières images qu'il s'agissait d'une série, je pensais bêtement que c'était une bande annonce pour un film. C'est à la fin quand j'ai vu "On Netflix" que j'ai compris mon erreur. Franchement je ne pensais pas qu'on passait des teasers de séries au cinéma, mais la chose est signée David Fincher quand même (bon en tant que producteur, avec Charlize Theron). 

Je vous l'accorde le sujet est loin d'être facile: la naissance du profilage des tueurs en séries. Ce n'est donc pas une série facile à regarder. Le sujet est malaisant et beaucoup de passages de la série le sont en conséquence.

Il n'y a rien de très violent visuellement, c'est l'angoisse des mots et l'imagination qui fait le reste. Ici rien ne vous est montré mais tout est raconté. On va suivre deux personnages dans ce projet fou de "savoir comment fonctionne les fous" et regarder épisode après épisode l'impact que cela a sur eux. C'est plutôt ça qui est effrayant: regarder la psychologie humaine! 

Comme beaucoup de séries que j'ai citées ici, j'aime le travail sur l'image. La reconstitution des années 70 années avec ces couleurs fanées et désaturées. Les dialogues sont également très travaillés. La scène finale entre le tueur en série et l'agent Holden est à elle seule un petit film. La tension générée est incroyable, nous laissant plein de doute sur l'impact que peut avoir une telle étude. Qui se sert de qui? Qui manipule qui? Qui contrôle quoi?

Bref une série parfaitement maîtrisée, complexe et tranchante. Je ne pense pas que cette série soient accessible à tous. Elle va certainement mettre mal à l'aise bon nombre de personnes. Pourtant elle vaut le détour. Et aussi bizarre que cela soit, vu le sujet, j'attends la saison 2 pour savoir comment tout cela va évolué.

Si vous avez aimé Mindhunter, je vous conseille de regarde Zodiac de David Fincher qui est également disponible sur Netflix.



Bon je pense que vous avez compris qu'il n'y a pas de comédies dans mon classement. Effectivement, ce n'est pas le genre auquel j'accroche le plus, pourtant j'en regarde. J'ai bien aimé The Good Place et Insatiable malgré la polémique pour cette dernière.

Et vous, quelles sont les séries que vous appréciez sur Netflix?



Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire


Merci pour ton joli petit mot! Profite bien ce qu'il y a autour de toi...
♥ ♥ ♥ ♥

© Autour de Cia • Theme by Maira G.