Du pont de Bious à la Mine de cuivre


Nous voilà le matin de notre troisième jour à la cabane du Col long d'Ayous avec comme voisin le Pic du Midi d'Ossau. Ce beau paysage ne sera malheureusement pas de la partie pour cette randonnée sur le GR10 (mais nous reviendrons sûrement). 

Départ La cabane du Col Long d'Ayous

Le matin au petit soleil, nous petit-déjeunons et nous rangeons notre tente alors qu'il fait un peu froid. Et nous partons en direction du Lac Bious-Artigues en passant d'abords par un peu de forêt et ensuite la plaine de la plaine. Halte au pont de Bious, pour faire notre vaisselle. L'eau est gelée mais les températures remontent doucement et le soleil aussi. Une belle journée s'annonce.



Après le pont de Bious, nous sortons rapidement du Parc National des Pyrénéens. Et là, nous faisons un second petit déjeuner en trouvant plein de framboises. La cueillette est autorisé seulement d'un côté du chemin, celui n'appartenant pas au parc. C'est fou comme un truc si petit, comme les framboises et fraises sauvages, est puissant en goût! C'est vraiment un plaisir à chaque bouchée. 


La piste jusqu'à lac est très facile puisqu'il est carrossable. C'est un chemin très emprunté. Nous arrivons au lac très rapidement et décidons de faire une petite pause pour profiter de la vue. 
Il est possible de se restaurer à la cabane du loueur de cheval et à l'entrée du parking. Il y a également un louer de canoé si vous souhaitez explorer le clac. Sachez aussi qu'il y a une zone de bivouac autorisée, c'est toujours bon à savoir pour les marcheurs. 

Ensuite nous repartons pour Gabas avec la perspective de faire un peu repas au restaurant. La descente se faite en partie sur la route en lacets et quelques raccourcis pour aller un peu plus vite. Ce n'est pas vraiment la partie la plus fascinante du voyage, mais elle repose un peu les pieds car la route est plate. 


Arrivés à Gabas nous recherchons un restaurant pour manger. Pas de problème, il y en a plusieurs dans la ville. Nous jetons notre dévolu sur le café restaurant Pierre Vignau.
La décoration est un peu cliché montagne, l'ambiance est familiale et détendu, et le menu est excellent. Nous avons pris notre temps pour profiter. Il y a des points forts sur l'entrée et le plat, mais niveau dessert la quantité diminue un peu. Pas vraiment grave car nous avons déjà très bien mangé. Nous avons même pu nous ravitailler en eau potable directement au restaurant.

Repas au restaurant à Gabas + eau potable

En début d'après-midi après avoir bien mangé, nous repartons revigorés vers notre destination du soir: l'ancienne mine de cuivres sur de la hourquette d'Arre. Entre Gabas et Gourette, il faut normalement 9h de marche. Comme nous partons seulement l'après-midi pour cette destination, il est plus prudent de nous arrêter en chemin. Et à la mine de cuivre, il y a une cabane pour dormir. C'est donc le lieu idéal pour nous ce soir.


Départ du restaurant pour rejoindre la Centrale de Gabas par la route et une petite partie de chemin. Puis une fois arrivés à la centrale, on poursuit notre chemin en franchissant le pont du gave de Brousset et marchant dans la forêt de Piet. Cette partie là nous a fortement ralenti à cause des pluies de la vielle. Le terrain était très boueux, on s'enfonçait à chaque pas. Nous avons mis le double de temps prévu. 
Puis nous arrivons sur un chemin pierreux qui nous libère enfin de la boue. Il faut ensuite prendre à l'embranchement dans la forêt pour se diriger rapidement vers la corniche des Alhas. 



Le paysage de la corniche est vraiment magnifique et impressionnant. Il ne faut pas avoir le vertige. Pas vraiment le temps d'en profiter si on veut atteindre la cabane de la mine de cuivre avant la nuit.

La corniche n'est pas très longue à parcourir, nous arrivons très vite à la cascade du pont de Soussouséou, puis au carrefour. Retour à des paysages de forêt pour une ascension qui s'annonce éreintante.
Après le carrefour, nous passons par une petite plaine avant de monter en lacet le flanc de Cézy. Le chemin est très accidenté avec beaucoup de grosse pierre comme des grandes marches d'escalier cassées. Après une quinzaine de lacets raides, nous arrivons dans une clairière où nous rencontrons d'autres marcheurs qui eux reviennent justement de la mine de cuivre. Il nous annonce qu'il nous reste un peu plus d'une heure pour atteindre notre but mais que le chemin est encore plus raide.



Pas de temps à perdre, nous partons pour une série de 14 lacets vraiment très raides. Quand on est chargé d'un gros sac, c'est très essoufflant. Après les lacets, nous arrivons à la falaise de la Tume, le chemin continue de monter légèrement mais on se retrouve rapidement dans un plateau au dessus de la vallée d'Artouste. On voit très bien le pic de la sagette et les nombreuses remontées mécaniques, preuve de la station de ski. Mais nous n'apercevons pas le train historique d'Artouste. Cela nous donne envie de revenir ici pour l'hiver.  


Le chemin de l'ancienne mine de cuivre est plat et dégagé. Il n'y aucune place pour bivouac, c'est pourquoi il est mieux d'atteindre la mine et les cabanes des Cézy. 
En fait, il n'y a qu'une seule cabane pour les randonneurs. L'autre maison au loin vers l'entrée de la mine est en fait une location pour les bergers. Nous avons d'ailleurs rencontré le couple de berger qui loue les lieux pour la saison. Ils élèvent de vaches, des moutons et des chèvres. Ils nous racontaient un peu leur vie, comment ils faisaient pour se ravitailler et autre. Leur cabane est assez bien équipé, il y a même l'eau potable avec un robinet et l'électricité. Il nous indique la source d'eau potable vers la bergerie, mais ils se proposent pour remplir nos bouteilles à leur évier dans leur maison.

 Bivouac et eau à la mine de cuivre, aux cabanes des Cézy

Nous repartons en direction de la cabane des randonneurs avant que l'averse n'arrive. La cabane a été reconstruite il y a quelques années. Elle est assez basse - attention à la tête - et assez bien isolée.  Il y a un partie pour les repas et une autre avec un matelas en bois pour dormir. Il y aussi des matelas en mousse. 
Nous avons donc dormi ici bien au chaud à l'abri de la pluie.


Et se retrouve bientôt pour la suite de notre périple sur le GR 10et sous la pluie!

Et vous, avez-vous déjà randonné? 
  Cia