SLIDER

Femmes et Numérique... Semaine Digitale Bordeaux

Prenons notre place

Cette semaine, le blog est un peu en suspend mais mon compte Twitter est à bloc car j'assiste à la Semaine Digitale de Bordeaux. Il s'agit d'un grand événement durant une semaine sur le numérique et l'innovation. On y trouve des conférences, des ateliers, des démonstrations, des concerts, des spectacles et pleins d'autres choses. Le blog étant une activité numérique et digitale, cet événement m'intéressait beaucoup. D'ailleurs au fil des jour, j'ai compris et accepté que j'y avais entièrement ma place. Et ça c'est surtout dû à la journée Femmes & Numérique, sur laquelle je vais revenir aujourd'hui.

Hier sur Twitter (mon ami connecté, oui c'est un de mes réseaux préféré, si ce n'est le premier), je faisais un petit sondage pour savoir si un article sur ce que j'avais retenu à la conférence Femmes & Numérique vous intéresserez. Vous avez voté majoritairement pour le Oui. Je n'ai pas eu d'explications quant au Non. C'est vrai que j'aurais aimé savoir pourquoi vous ne trouviez pas ça intéressant. J'espère qu'en tout cas cela ne va pas vous déranger de trouver cet article sur le blog, je vous assure qu'il y a des choses à retenir très intéressantes de la journée dédiée aux femmes.


Bordeaux est une ville fortement tournée sur le numérique et qui en plus proposent beaucoup d'événements pour les femmes, pour les aider, les mettre en valeur, les encourager, les soutenir. C'est le cas avec une journée entière qui leur est consacré à la Semaine Digitale, et ce n'est pas rien. Vous pouvez retrouver ici le programme complet de la journée. 

Mardi dernier vous avez vu passer de nombreux tweets car j'ai live-tweeté une partie de la conférence, tellement que c'était intéressant. Certaines d'entre vous m'ont demandé de quoi je parlais. C'est tout l'article du jour et j'espère qu'il arrivera à vous retransmettre la conférence, qui se voulait "donner des ailes aux femmes qui se destinent au numérique". En tant que blogueur, j'évolue dans ce monde digital et je me pose aujourd'hui beaucoup de questions.


La journée a commencé par l'intervention d'Isabelle Juppé qui depuis des années s'intéresse et écrit sur le domaine du numérique et la place des femmes avec notamment avec le livre La Femme Digitale qui date de 2007. Elle a eu une manière de décrire les femmes qui travaillent avec le numérique qui m'a beaucoup plu et dans laquelle je me reconnais. 

Pour elle, il y a trois catégories de femmes digitale:
- les utilisatrices, celles qui utilisent le digitale
- les actrices, celles qui le font, qui le créent (dont les blogueuses comme moi)
- et les magiciennes, celles qui le transcendent, celles qui réinventent leur vie grâce au numérique

Je pense qu'on a toutes en tête des exemples de magiciennes qui nous font rêver, qui nous portent et nous transportent. Aujourd'hui, je me sens actrice. Je n'ai plus peur de cette étiquette de blogueuse, même si des fois il y a des milieux où c'est plus dure à assumer, à faire comprendre. Est-ce que je rêve d'être une magicienne? Oui sûrement, mais j'ai déjà accomplie beaucoup de choses grâce à mon blog. Avant de poster ma première photo, mon premier texte, je ne pensais pas que ce monde numérique était aussi vaste et pouvait apporter autant. Il y a pour moi différents niveaux de magie, les Rendez-vous Beauté en sont déjà un, car pouvoir réunir autant de blogueuses est quelque chose de formidable. Avoir envie, être épanouie, vouloir entreprendre et continuer à rêver sont également pour moi des moments magiques. 

Depuis la parution du livre d'Isabelle Juppé, il s'est écoulé presque 10 ans, une période immense en terme d'innovation et de numérique. Aujourd'hui, il fait partie de notre vie au quotidien. On est arrivée au moment où des personnes n'auront jamais connu ce que c'était avant. Moi je fais partie des gens qui ont vu l'évolution numérique depuis la fin des années 80. 

Malgré tout, il y a une chose qui a peu changé: la place des femmes dans le numérique. Elles sont peu aujourd'hui à entreprendre des études supérieures dans cette voie. Est-ce une limitation, une autocensure, un désintérêt? Les questions ont -été posées mais il y a peu de réponses. Beaucoup de programmes se développent pour essayer de pallier ce manque (initiations au collège, loisirs, stage de vacances, écoles pour les jeunes, ...). Beaucoup d'écoles digitales présentes ont constaté qu'il y a peu de femmes au niveau des licences dans le numérique, elles ne font pas ce choix directement après le Bac, mais arrivent en master où l'équilibre Homme/Femme est plus paritaire. 

Je me suis reconnue dans cet aspect, car moi j'ai découvert le numérique assez tard, par obligation et curiosité. C'est l'envie d'ouvrir mon blog qui m'a propulsé dans ce monde. J'imagine que pour beaucoup c'est un peu pareil. On ne fait pas le choix du numérique dès le départ, mais quand on tombe dans cet outil merveilleux on y prend goût.

Le point commun que j'ai noté entre de nombreuses femmes présentes dans les tables rondes rejoint un peu ce que je dis. Beaucoup d'entre elles ont commencé par des études, des parcours extérieurs au numérique, et comme elles en ont eu besoin, qu'elles sont découvert ce monde, elles ont été porté pour toutes les possibilités qu'il offrait et leur soif d'apprendre (et même de "changer le monde"). Il y avait des biologiques, des matheuses, des administratives, des historiennes de l'art, ... Les parcours étaient très divers, c'est ce qui m'a plu car le numérique est un domaine où on laisse une grand place à ceux qui on envie de faire, envie d'apprendre. C'est un domaine où les compétences sont mises en avant. 

Petite aparté sur les historiens de l'art car le discours d’Hélène Desliens  m'a permise de comprendre cette faculté que j'ai de toujours analyser et me poser des questions. Vous êtes très nombreux à adorer mes articles humeurs sur la blogosphère et à me demander pourquoi j'ai cet esprit analytique. Je réponds souvent que c'est due à mes études, à mon parcours et à mon métier. Mardi, j'étais face à quelqu'un qui tenait le même discoursHélène Desliens disait que les historiens de l'art apprendre à résoudre des "pourquoi" (pourquoi telle composition, pourquoi le chat est en bas à droite,... ). Effectivement, c'est ce que j'ai appris à faire et aujourd'hui mes interrogations sur la blogo sont toutes portées par des "pourquoi".     

Je ne peux pas vous résumer toutes les tables rondes, par contre j'aimerais vous parler d'une intervention qui m'a particulièrement marquée et je crois que c'est le cas de toutes l'assemblée de femmes qui se trouvait là: celle de Julia Mouzon, président de Femmes & Pouvoir, sur construire son leadership, le mentoring et les codes du pouvoir

Cette intervention qui se basait sur son expérience avec les élues de France était très intéressante. La phrase qui m'a le plus marqué est sûrement "votre sac à main mérite une chaise".

Voici les trois recommandations qu'il faut retenir:
- 1. Déclencher les opportunités.
C'est une chose pas évidente et je sais de quoi je parle. Moi aussi j'ai souvent peur de demander ou de déranger. Julia Mouzon disait quelque chose qui résume bien à quel point il faut y aller et ne pas se décourager: 
"Pour 1 job, c'est 1 000 email, 100 réponses, 10 rendez-vous et 1 entretien"

De plus, il ne faut pas avoir peur de saisir les opportunités. Comme on vous propose quelque chose, il faut y aller, il faut oser. J'ai par contre ce tempérament, tous les stages ou jobs que j'ai eu, j'ai dit OUI avant de savoir comme je ferais pour m'organiser. J'ai dit OUI pour aller au Canada avant d'avoir l'argent pour me payer le billet d'avion. J'ai dit OUI à l'Italie avant de savoir comme je pourrais financer ça et en moins d'une semaine, j'ai trouvé une bourse. Je peux vous dire que j'avais jamais été aussi fière de moi qu'à ce moment précis. Certains diront que c'est être trop fonceur, mais je dirais que c'est être aventurier. 

Et pour déclencher toutes ces opportunités, il ne faut pas hésiter à utiliser les réseaux sociaux, autant les professionnels que les plus conventionnels comme Twitter. 

- 2. Prendre sa juste place
C'est là que notre histoire du sac à main intervient. Contrairement aux hommes, nous les femmes, nous sousestimons trop notre valeur sur le marché du travail. On a peur de déranger comme je le disais. C'est là que Julia Mouzon nous conseiller de nous étaler physiquement, de prendre de la place, de se montrer. Elle prenait l'exemple des politiques masculins qui s'étalent beaucoup dans l’hémicycle avec leurs dossiers et le reste. Les femmes doivent faire la même chose. Il ne faut  pas avoir peur de s'octroyer du confort et du temps pour se libérer d'autres choses et montrer qu'on est là. 

Avec l'exemple du pouvoir, elle disait que gens qui arrivent à ces postes sont des personnes qui osent se valoriser elles-mêmes. C'est important pour avancer.

- 3. Incarner et rassembler
Pour arriver à tout ça, il est important d'être soutenue et comprise par son entourage. C'est pourquoi il faut discuter avec tous les gens de notre entourage pour les mobiliser et leur faire connaître nos objectifs. Vous ne pouvez pas vous lancer sans qu'on vous soutienne. L'organisation de son environnement est alors quelque chose d'essentiel pour être libre d'entreprendre. 


Est-ce que cette journée a eut un impact pour moi? Oui, c'est une journée qui m'a montré que c'était possible, que tant qu'on était honnête, travailleur et curieux, on pouvait avancer dans ce monde du numérique. Cela m'a aussi montrer à quel point le réseau et l'entourage était important. Et puis, j'étais très fière de mon badge presse en tant que blogueur, chaque reconnaissance de son travail fait grandir et avancer. Merci beaucoup aux organisateurs et aux personnes de la communication de me faire confiance. 

Voici les principaux éléments que j'ai retenu de la conférence Femmes & Numérique. Et vous, quel est votre avis à propos de la place des femmes dans le numérique?

     

4 commentaires

  1. Super résumé!!! Ça donne envie de croire en soi et d'avancer ;) Bisouuus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, c'est le message que j'avais retenu et que j'ai essayé de faire passer :)

      Supprimer
  2. coucou Cécilia vraiment intéréssant cette semaine, moi pour le coup je ne suis pas du tout informatique, numérique j y viens petit à petit grâce au blog. Je suis devenu accroc à twitter et instagram à une vitesse folle. Cela m'a étonné vraiment. Mais je vois de plus en plus de femmes dans ces milieux bon j ai surement l effet blogueuse. Avant le blog je ne savais pas l'existence aussi importante de ces métiers du numérique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, il y a énormément de métiers liés au numérique. Avant le blog, j'ignorais tout ça aussi. Mais les possibilités sont bien là.

      Supprimer


Merci pour ton joli petit mot! Profite bien ce qu'il y a autour de toi...
♥ ♥ ♥ ♥

© Autour de Cia • Theme by Maira G.