Défi envers soi

Je pense qu'en ce moment ma tête n'est remplie que de cette envie, de ce projet dont j'ai vaguement parlé sur Twitter et sur Instagram. J'ai envie de vous en reparler en abordant le sujet de l'envie d'entreprendre. Je me souviens d'une phrase de Florence, qui tient le blog La Mouette, sur Twitter qui disait qu'elle était bloquée sur son projet de pin's par son éternelle insatisfaction envers son travail. Je me rappelle lui avoir dit "de ne pas avoir peur, qu'on la soutiendrait car beaucoup aime son travail graphique, ses dessins, ses idées, moi la première". Aujourd'hui, ses pin's sont disponible sur sa boutique Etsy et moi je suis emprise aux même peurs, aux mêmes blocages.

Le fameux projet, beaucoup d'autres vous l'ont deviné, vous me l'avez écrit sur Facebook ou sur Instagram. Je vous en parlerai plus en détail prochainement. En fait, je suis partagée entre plusieurs sentiments sur le fait de vous exposer mon idée. Et l'un des premiers est que je ne serais pas à la hauteur de mon idée car je ne suis pas dans mon milieu professionnel, dans mon cocoon de savoir-faire. Mon idée est née d'une passion, de plusieurs en fait (le voyage, la beauté, le bloguing, la data visualisation - je ne dis pas le graphisme car je n'ai pas de compétences pour ce point). C'est bien ça le problème de mes peurs, je n'ai pas de compétences prouvées par un diplôme dans tous les domaines de l'élaboration de guide. Alors d'un côté je ne me sens pas légitime. Mais j'ai cette envie, ... C'est un bon point de départ!

J'ai l'impression d'être lunatique de l'envie d'entreprendre. Un jour, oui! Un jour, non! Je peux en parler tranquillement à mes amies, je peux rêver en grand dans l'espace des 2m2 que représente mon bureau dans le salon... Mais une fois sortie cette bulle, je commence à avoir peur, peur de rêver trop grand, peur de pas y arriver, peur d'être nulle, peur de déranger, ... Je suis cette créative passive qui a des idées mais ne se donne pas les moyens de le réaliser. C'est comme ce blog, j'y ai réfléchi des années avant de me lancer alors qu'il ne m'apporte que du positif.

En spécialiste de la prévention (je vous jure ça aide pas à prendre des décisions rapidement ce métier mais j'ai déjà vu un autoportrait de Rembrandt ou La Sainte Anne De Vinci de près, de très près puisque j'ai les analysés), j'anticipe énormément ce qui pourrait se passer ou se qu'on pourrait me dire. Et quand on a peur, on part souvent du côté  négatif:
- L'idée est nulle
- Je ne serais pas à la hauteur de l'idée
- Et si on me volait mon idée (surtout que c'est déjà arrivé sur d'autres projets du blog)
- On va me prendre pour l'énième blogueuse qui veut sortir un truc
- Je n'ai pas les compétences
- Est-ce que j'aurais des réponses à mes demandes de contacts
- Je vais déranger les gens à venir les voir ou leur demander de l'aide
- J'ai peur qu'il y ai une "attente" si j'en parle, car ça devient concret et si je n'y arrive pas ... (vous comprenez ma pensée!)

Il m'arrive de penser tout ça en dépit des premiers retours que j'ai déjà eu. Dès que je parle de l'idée, les retours sont positifs: mon amie Audrey de la boutique Les Coquettes Party a été très enthousiasme dès que je lui en ai parlé et m'a même donnée des pistes de contacts, Marion m'aide sur la correction, Agathe sur la partie graphique, Ambre me soutienne, plusieurs blogueuses ont déjà répondu à mes demandes d'interviews pour égayer le guide, ... On m'a même déjà demandé quand est-ce qu'il sortirait, ... Je le sais, je le sens au fond de moi, je crois fortement en ce projet, j'ai très envie qu'il se concrétise. Voir tout le soutien qu'on m'apporte est formidable.

Du coup, il est temps que j'applique les bases de mon métier en trouvant un bon point pour chaque aspect négatif, c'est parti:
- l'idée est vraiment cool
- Certes je n'ai pas de compétence dans l'édition ou le graphisme, mais ça s'apprend et je suis bien entourée
- On ne dérange jamais les gens quand on veut les mettre en valeur
- Bien sûr, je suis à la hauteur car j'entreprends avec passion
- j'ai déjà des réponses et du soutien
- Oui, j'ai envie d'être parmi ses blogueuses créatives actives. De toute façon chaque blogueuse créé déjà à sa manière, certaines créent des articles, d'autres vont plus loin, mais chacune vit sa passion et ses rêves.
- que ça devienne réel, j'en serais ULTRA fière (et autant vous dire que ça ferait cool sur le CV!)

Certains diront je n'ai pas confiance en moi en ayant aussi peur de me lancer. C'est peut-être vrai. D'autres diront que c'est parce que je suis Gémeaux, mais je crois pas à l'astrologie (remarquez l'ambivalence de cette phrase!). 
Moi je dirais que ça a toujours été ma nature, je suis créative depuis toujours mais je n'ose pas montrer ce que je fais, je suis extravertie tout en étant mal à l'aise de parler en public, je suis passionnée, je suis trop passionnée ... En même temps, les peurs sont aussi faites pour être dépassées. Aujourd'hui, je parle presque anglais, je peux me débarrasser d'une araignée toute seule et je me lance dans mon projet. Et je deviens une créative active. Comme je l'ai dit dans mon article sur ma liste de rêves, ceux-ci sont là pour qu'on les concrétise sinon la vie serait bien triste!

Et vous, avez-vous déjà connu ce types de sentiments? Cette situation où tu es autant motivée qu’emprise de peur?