Blogueur vs Blogueur

Cette idée d'article trotte dans ma tête depuis quelques semaines, et puis on en reparlera sûrement le dernier vendredi du mois dans mon article pour The Checkpoint. Depuis quelques mois, des articles pour se justifier de tout fleurissent sur la blogo - et je participe moi-même à cette tendance avec mes articles humeurs. Mais plusieurs articles sortis en novembre et en décembre m'ont particulièrement interpellés. Je parle des articles où les "grandes blogueuses", vous pouvez aussi les appeler blogueuses professionnelles, car elles vivent de leur blog, c'est devenu leur métier ou un de leurs métiers, parlent du fait qu'elles n'aiment pas être appelées BLOGUEUSES.

Ces articles sont un peu mon obsession du moment, car je ne les comprends pas dans leur fond. Je ne compte plus le nombre de fois où j'en ai parlé en commentaire d'articles ou sur twitter. Bah oui, si les blogueurs eux-même ne veulent même plus qu'on les appelle blogueur, ça montre l'état de la blogo à l'heure actuelle? Et il n'est pas très haut au vu de ça, même pas capable de s'accorder sur une dénomination de base.

J'avoue que pour moi c'est quand même un comble quand c'est son métier. Je ne suis pas blogueuse de métier, c'est-à-dire que je ne gagne pas ma vie avec mon blog, ce n'est pas la case que je remplis dans ma fiche d'imposition. Mais pourquoi ceux qui sont blogueurs professionnels - ceux qui gagnent leur vie avec leur(s) blog(s) - n'acceptent pas ce nom. Mais pourquoi avoir temps de mal avec cette dénomination. Beaucoup l'a considère comme péjorative, comme réductrice. j'ai envie de répondre bah justement c'est pas le moment de lâcher le bifteck les filles, mais plutôt de s'approprier cette désignation et de faire changer les choses. C'est au blogueur de définir ce qu'est un blogueur? Et personnellement, je ne veux pas d'une connotation péjorative, diffusée elle-même par les grands blogueurs.

La définition de base

Souvent que je vois des articles du type "je ne veux pas qu'on m'appelle blogueuse", j'ai envie de commenter en disant "Ok, mais bon, là tu fais quoi, t'es pas en train d'écrire sur un blog!".

Après tout cette désignation désigne en fait quelque chose de très, très simple: un blogueur est premièrement une personne qui tient un blog. En cela, il n'y a rien de choquant. Tu tiens un blog donc il est normal de t'appeler blogueur.

  • Reverso: "sur, internet, celui qui tient un blog, sorte de carnet de bord dans lequel il exprime ses points de vue, ouvrant son espaces aux réponses d'internautes".
  • L'internaute: "personne qui détient et gère un blog".  
  • Larousse: " auteur d'un blog".
  • Wikipédia: "(Néologisme) (internet) Autour d'un blog. Personne utilisant Internet comme un moyen de communication pour s'exprimer et diffuser de l'information sur différents sujets pour lesquels elle a une expertise ou une passion".  

Les dictionnaires en ligne s'accordent sur ça: blogueur = auteur d'un blog, ni plus, ni moins. Où est le malaise alors? En dehors de cette définition des plus basics que tout le monde devrait accepter, il y a les connotations liées au mot blogueur, ce qu'on imagine être un blogueur.

Oui, l'ajout de paillettes est totalement ironique!

Une vision tronquée des blogueurs

Quand vous interrogez, les gens sur le bloguing vous pouvez être sûr d'une chose: la réponse sera différente selon si la personne appartient ou non à la blogosphère. Cela fait un peu microcosme, monde fermé, mais c'est ça en fait, si vous n'avez jamais essayé de bloguer, vous ne pouvez pas savoir réellement ce que cela implique.

Un blogueur vous répondra très certainement qu'"un blogueur" est une personne passionnée, généreuse, aventurière, polyvalente, tantôt écrivain, photographe, desinger, secrétaire, community manager, ... que tenir un blog demande beaucoup d'engagements, d'effort et de travail, que c'est un grand nombre d'heures pour concevoir un article, que le tout repose sur l'envie de partager. 

Une personne hors de la blogosphère n'aura certainement pas ce genre de vision - à moins qu'elle vive avec un blogueur. Hors de la blogo, il y a plusieurs visions des activités d'un blogueur; allant de la plus idéaliste à la plus négative. Un blogueur peut tantôt être une personne qui a réussi à transcender sa passion, tantôt être un profiteur qui est juste payé à s’empiffrer de petits fours en formes de licornes et pour présenter des montres sur Instagram. Il peut aussi être quelqu'un d'incompris, tendance, connecté, chanceux, menteur, vendu ... Le blogueur a donc plusieurs images, tout simplement parce qu'il n'y a pas UN blogueur, mais DES blogueurs. 

Ces images, ces stéréotypes qui vont du blogueur profiteur au blogueur à la vie parfaite, sont imaginées par les personnes hors blogo mais entretenues par les blogueurs eux-même. Le premier ennemie du blogueur, c'est lui-même! Comment voulez-vous qu'on vous prenne au sérieux à partir du moment où vous refusez vous-même le mot blogueur alors que vous avez un blog. Cela traduit quand même un petit malaise, nan? Et du coup, ça décrédibilise la blogosphère toute entière ... 

Pour moi, la vision négative du blogueur peut-être expliquée par la vision tronquée que les personnes hors blogo ont de celle-ci. Oui, ce que donne à voir les blogueurs sont les finalités de leurs travaux (les articles, les photos, les vidéos) et aussi les à-côtés (paillettes) sur les réseaux sociaux (événements, cadeaux, partenariats, bonne nouvelles, ...). Ces éléments donnent une vision simpliste, facile et idéalisée du bloguing. 

C'est comme dans mon métier, quand j'explique que je travaille pour la conservation du patrimoine, que j'ai accès aux réserves de musées, aux monuments historiques, j'ai souvent la même réaction "oh la vache, cela doit être incroyable, tu dois voir un tas de choses intéressantes". Dans les musées en question, je suis plus souvent entourée de poussière, de toile d'araignée et d'insectes mortes que de chef d'oeuvres. Dans mon métier, on ne travaille pas tous les jours pour le Louvre, on va aussi au musée du peigne perdu au fin fond de la Bresse. Bref, entre ce que les gens idéalisent et ma réalité, il y a un grand fossé. C'est un peu pareil avec le bloguing ou avec toutes activités passions. Les gens hors de ce contexte idéalisent une situation.

Aucun blogueur ne montre en réalité son quotidien, ses galères, tout le travail qu'il fournit. Et comme tout ce qui est caché, les gens spéculent de dessus - je le sais très bien avec les réserves de musées.

Si les gens ne comprennent pas ce qu'être blogueur implique et voient seulement les paillettes et champagnes diffusés en masse sur les réseaux sociaux (et aussi la montre Daniel Wellington), c'est principalement qu'on leur montre que ça. Qui montre ses coulisses, sans retouches, sans fard, sans paillettes, peut-être 2 ou 3% des blogueurs. Qui montre  ses coulisses sans arrière pensées "vient regarde je suis cool et comme toi."
Il est donc normale que les gens finissent par sculer sur la vie facile des blogueurs. Personne ne veut révéler ses réserves de musées dans le bloguing. Les infos sont données au compte-goutte et souvent travaillées. Combien de fois vous voyez la mention post éphémère sur Instagram car la photos prise sur l'instant finalement ne s'accordera pas avec les autres de galerie. Qui ne fait pas le ménage à fond, place son décor, allume une bougie ou deux avant de filmer un room tour, prendre une photo. On donne à voir et on nous donne à voir une impression de perfection qui est souvent mal perçue car non relativisée. Beaucoup de personne finissent par prendre ça pour une réalité facile alors que c'est une réalité travaillée. Certains idéalisent ces situations tandis que d'autres les jalousent, car cela peut tourner à la frustration. En tant que blogueur, on alimente un jeu dangereux qui a finit par nous retomber dessus et par faire du mot même qui nous définit, nous auteur de blog, quelque chose de négatif. Tout ça engendre de la suspicion et sûrement à juste titre, mais ce n'est pas propre au bloguing, c'est propre à toute activité passion qui peut se transformer en métier. Regardez les classements, les révélations sur les salaires des sportifs, des chanteurs, des acteurs, ....

  

Blogueur mais pas que 

De nombreuses personnes pensent que le mot blogueur est négatif car réducteur. Oui beaucoup de blogueurs ne sont pas que blogueurs dans leur vie. Pour énormément de personnes, avoir un blog est un passe-temps à côté de leur métier, pour une infime partie cela est leur métier premier, et même ceux qui gagnent leur vie avec leur blog exercent de temps à autre une autre profession (illustrateur, graphistes, chroniqueur, ...). Il y a des tas de situations. Et puis tenir un blog c'est aussi être multi-casquettes car il faut bon nombre de compétences pour publier un article. C'est loin d'être aussi facile qu'on le croit. 

Finalement être blogueur est une situation complexe et propre à chacun. Chacun a un statut différent, des compétences différentes, des attentes, des aspirations différentes,... Pourtant nous sommes réunis par cette base commune : posséder un blog. Cela va vous définir autant que vos autres activités. Vous pouvez très bien être infirmier et blogueur, scientifique de conservation et blogueur, illustrateur et blogueur, tout ça et aussi sportif, chanteur amateur, ... Oui, on n'est pas que blogueur dans la vie mais cela fait partie de nous quand même. C'est un peu comme l'histoire du carré qui est un rectangle mais du rectangle qui n'est pas un carré.


Du coup, on voit fleurir bon nombre de dénominations des plus convenables aux plus originales pour ne pas "être blogueur": rédacteur web, auto-entrepreneur bloguing, créateur de contenus, influenceurs, spécialiste wordpress, journaliste web, coach, modeur connecté, digital communiquant  ... Bon avec ce genre de qualificatifs vous serez très certainement ames à expliquer à votre interlocuteur ce que vous faites et à un moment obligé d'aborder votre blog. Cela me donne la même impression que l'expression "technicien de surface" pour dire femme ou homme de ménage. On essaie de colmater une vision sur un profession en changeant de nom, à la place on devrait plus expliquer qu'il n'y a pas de sous-métier, surtout dans ces professions qu'on ne voit pas mais qui nous sont utiles tous les jours.

Pour moi, il ne faut pas abandonner ce qualificatif, BLOGUEUR, aux détracteurs, aux personnes extérieures,... Il faut justement se l'approprier et communiquer positivement dessus pour faire qu'il n'y a plus de malentendus, d'incompréhension  et de honte. Ne lâchons pas le qualificatif qui nous définit le mieux.
C'est aux blogueurs de définir finalement ce qu'est un blogueur. Il ne faut pas laisser cela aux personnes extérieurs qui ne vivent pas ça, qui ne comprennent pas, qui n'ont accéder qu'à une partie (la plus jolie) de ce milieu. Il est temps de se réapproprier ce mot et de faire de la pédagogie dessus. Expliquer qu'être blogueur, c'est être multitâche, que ce n'est pas les paillettes.
Arrêtez de se justifier en disant "mais les soirées, les cadeaux sont les récompenses de longues de heures de travail", si vous ne parlez jamais de ce travail. Oui, on ne peut pas vraiment comprendre si on ne sait jamais comment ça se passe. Bien sûr que c'est une récompense, que c'est le résultat d'un travail, on ne vous contacte par hasard mais pour votre travail, votre image obtenue en travaillant.

Oui, c'est répétitif d'expliquer ce qu’implique le fait de bloguer, mais ce n'est pas en laissant ce manque chez les gens que cela va faire avancer le truc. C'est répétitif, chiant, barbant mais je crois que ça fait partie du rôle du blogueur, et encore de plus de gens qui gagnent leur vie comme ça. Vous croyez que le sportif a envie qu'on le filme à l'entrainement, que l'acteur a envie de révéler tous secrets. Le blogueur aussi doit être dans une pédagogie de ce qu'il fait, sinon les gens ne comprendront pas et auront toujours une image fausse. C'est un rôle qu'on a pas demandé en ouvrant un blog, mais cela fait quand même partie du jeu.

Quand je donne l'intitulé de mon métier dans le secteur du patrimoine, je sais pertinemment ce que va se passer, que je vais devoir expliquer ce que je fais, que je vais avoir telles et telles remarques idéalisées,... A chaque fois, je prends le temps d'en parler pour que les gens comprennent vraiment ce que je fais et à chaque fois ça se passe bien. C'est pareil quand je dis tenir un blog, j'en parle sans problème, sans me cacher et aussi avec fierté car je suis fière de mon blog. J'ai comme tout le monde des questions sur le temps passé, l'utilité, l'argent, les invitations, les cadeaux, ... Je parle de tout sans rien caché car c'est quand on manque de transparence que cela intrigue. Je me suis déjà retrouvée face à des amis me répondant "bah nous aussi on fera un blog pour être invité là ou recevoir des produits gratuits". Ironiquement, je réponse "bah vas y lance toi, tu verras bien que tenir un blog ce n'est pas ça en fait" parce que c'est en faisant qu'on se rend compte de ce qu'est vraiment un blogueur.  

Expliquer le bloguing du point de vue des blogueurs, de ceux qui le font, semble être un mal nécessaire et essentiel pour faire avancer les choses. Plus que de laisser les autres le faire pour vous et tenter de camoufler cela par des dénominatifs farfelus
 
Ne vous effacez pas, même dans la lumière!

Faisons fiers de ce nom, BLOGUEUR, qui nous qualifie, nous personne qui tenons un blog, personne qui partageons sur nos passions.


Oui, je suis une blogueuse fière de l'être, et vous?