SLIDER

moins 2 pour l'orthographe

Complexe professionnel, traumatisme d'enfance 

Avant que je commence à bloguer, j'ai lu pas mal d'articles donnant des conseils dans lesquels un revenait sans cesse: AVOIR UNE ORTHOGRAPHE IMPECCABLE. Je comprends très bien ce conseil, il va de soi de présenter des articles correctement écrits. Mais si vous avez déjà lu un de mes articles, je suis sure qu'il vous est arrivé de tomber nez à nez avec cet immondice qu'est la FAUTE D'ORTHOGRAPHE.

Oui je fais des faute d'orthographe, Oui je le sais. J'en ai honte. Mais ce n'est pas une raison pour me condamner irrémédiablement. Il y en aura peut-être une ou deux dans le présent article. Les difficultés en orthographe sont un fléau qui me suit depuis la petite école. J'en ai toujours fait et je pense que j'en ferais toujours. Mais je ne le prend pas pour une fatalité. Je tente toujours de corriger mon problème d'orthographe.

Certaines personnes me diront peut-être d'arrêter de bloguer car ça ne se fait pas de livrer un article avec des fautes. Je ne suis pas d'accord. J'ai un problème d'orthographe certes, mais j'ai le droit de m'exprimer. Et j'essaie de faire attention. Si vous trouvez une faute cela ne signifie pas que je ne prête pas attention à mes articles. J'y passe beaucoup de temps et je les relis sans cesse, mais je ne vois pas tout.

Je peux expliquer mon problème d'orthographe par plusieurs raisons mais qui ne sont absolument un prétexte pour ne pas le corriger.


1. Je ne vais pas le cacher, je suis distraite. Je fais énormément de fautes d'inattention ou de frappes. Mon cerveau peut penser à une phrase alors que mes mains écrivent autre chose. C'est assez incroyable des fois quand je me relis. Je vois que j'ai commencé une phrase et puis que je l'ai changé en cours de route sans la rectifier. Je fais donc du cadavre exquis à moi tout seul. Une vraie surréaliste - enfin plutôt dadaïste - de l'orthographe et de la langue française.

D'ailleurs ça n'a pas loupé quand j'ai écrit cet article, j'ai mis des mots place d'autres. J'espère avoir tout corrigé.

2. Je confond les lettres, les sons. Je les mélange. Il m'arrive de me retrouver face à un mot et de ne plus savoir le prononcer. Certains épisodes d'oublis de mot et de prononciation m'ont joués de sacrés tours durant ma scolarité, et m'ont aussi bien traumatisés. Je me rappelle une professeur qui m'avait fait lever devant toute la classe en 5ème et avait dit que j'étais analphabète parce que j'étais incapable de lire à voix haute la chanson de Roland - un poème épique  en vieux français. 
Déjà qu'avant cet épisode j'étais mal à l'aise de lire en public, j'étais maintenant terrifiée et je le suis toujours. Alors après, je demandais toujours à mes voisins de table de lire en même temps que moi à voix basse, pour que si j'ai un problème il me souffle le mot. J'ai continué ainsi jusqu'à la fin du lycée, avec un souffleur à mes côtés. Mais mon angoisse de la lecture publique m'a joué de nombreux autres tours, comme le jour de mon Bac blanc de français où je me suis arrêtée de lire car je ne pouvais plus. Je ne comprenais plus les mots. Je ne savais plus les prononcer. Mais le professeur s'est montré lui compréhensif.
En fait, je souffre de dyslexie, mais celle-ci est légère. Elle se concentre essentiellement sur les mots, mais je n'ai pas de troubles de l'espace. Certaines personnes ne veulent tout simplement me croire quand je leur en parle car j'ai toujours fait partie des meilleurs élèves - je n'ai donc pas eu une scolarité chaotique.

3. Je n'aime pas lire vous pouvez vous en douter maintenant. Mon désamour de la lecture ne m'aide à progresser en orthographe. J'ai eu quelques difficultés à apprendre à lire du fait que je mélange sans cesse les lettres. Lire un article de magazine ou de blog, lire un chapitre ou un article scientifique pour le travail ne me pose pas problème. Mais lire un roman de 500 pages est une tout autre histoire. J'en suis incapable. Il me faut 5 minutes pour lire une page, et en plus je dois la relire plusieurs fois pour bien la comprendre et me repérer dans l'histoire car j'oublie toujours ce qui se passe. Je pense même que les livres que j'ai finis se comptent sur les doigts de la main. Il y a même une anecdote qui résume bien mon traumatisme de la lecture. En voyage en Russie chez une amie d'université, j'avais apporté avec moi un livre d'Agatha Christie. Je l'ai lu presque en entier. Je suis allée jusqu'à l'avant dernière page, à la résolution du meurtre, mais je n'ai pas pu lire la dernière page. Je ne sais pas pourquoi, je m'en sentais pas capable et je n'ai jamais retouché à ce livre après.
Alors vous allez rire quand je vais vous dire que j'ai un Bac littéraire avec mention Bien. Que diable m'a pris? Aller en L était la seule solution pour avoir l'option lourde d'histoire de l'Art dans mon cursus, soit 7 heures par semaine. Oui, j'ai été maso sur ce coup là.  Les cours de français et de littérature étaient de vrais séances de tortures pour moi. Mais j'ai survécu, car j'ai appris à compenser au fil du temps.

4. Je travaille souvent dans un milieu international. Oui et alors. Bah alors, j'entends constamment deux ou trois langues à mon travail. Par exemple, pour ma dernière mission en Italie, on pouvait parler français, anglais, italien et espagnol. C'était aussi sans compter sur les autres langues de mes collègues. Dans ce contexte, on parlait d'un peu de tout mais sans perfection. Une phrase en franglais ou spanglish, avec des mots d'italiens. C'était un joyeux bordel qui a duré un an, qui m'a bien fait progresser en langues étrangères mais qui a aussi laissé des traces sur mon français. Alors que je suis rentrée en France depuis janvier, j'utilise toujours des expressions et des mots non français quand je parle et à l'écrit c'est pareil. Je me trompe souvent. Je me surprends à lire dans mes articles des "and" à la place de "et". En plus, je continue à parler avec mes anciens collègues et mes amis avec notre vocabulaire multi-langue, ce qui n'aide pas. Mais j'adore ces échanges.

Avoir un problème d'orthographe ne fait pas de vous un mauvais élève ou un personne inculte. Pour preuve, je suis une véritable universitaire accomplie. Et je suis fière de mes deux masters. Ma curiosité me pousse à toujours vouloir apprendre. Je me déteste pas l'école bien au contraire, ce qui peut vous paraître contradictoire. Mais je n'ai jamais voulu que mon problème d'orthographe ne soit un frein. En tant qu'abonnée au "moins 2 pour l'orthographe", j'ai essayé de compenser par mon bon travail et ma réflexion pour que mes professeurs retiennent autre chose de moi que mes fautes d'orthographe.
 
Certaines personnes ne seront pas du tout compréhensive face à votre difficulté même dans le corps enseignant. Mais vous trouverez aussi des personnes qui vous aideront et ne vous stigmatiseront pas. Une fois que vous avez reconnu votre problème, vous pouvez essayer de le corriger. S'il peut constituer un petit obstacle dans sa vie, il ne sera pas un handicap à la réalisation de vos rêves. Vous devez croire en vous malgré ce que l'on peut vous dire et les moqueries que vous recevrez. Le plus est important est de savoir que vous valez - même si chaque critique est dure!

7 commentaires

  1. AMEN "J'ai un problème d'orthographe certes, mais j'ai le droit de m'exprimer." moi aussi je fais énormément de fautes d'orthographe et j'en ai honte mais ca ne m'empèche pas de blogger j'essaye de bien relire mes articles avant de les publier mais pour moi ca ne doit pas être un frein

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire et tes nombreux autres. Je me sens moins seule. Un problème d'orthographe ne doit jamais être un frein comme tu le dis.
      Bises

      Supprimer
  2. moi aussi je fais des fautes , je te rassure je connais des tas de gens débiles qui écrivent sans la moindre faute alors je te rassure ce n'est pas un problème d'intelligence ! mdr
    Continue à écrire comme tu le fais , tes articles sont passionnant et on te prends tel quel ! Jusqu'a preuve du contraire tu n'oblige personne à te lire ! allez pleins de bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, ça me rassure :)

      Supprimer
  3. Je te rejoins à 100%
    Le plus important est de se faire comprendre, qu'il y aie ou pas des fautes d’orthographe, et qu'il aie ou pas des erreurs de prononciation.
    ça m’énerve toujours de voir certaines personnes se moquer si quelqu'un a un fort accent, ou s'il fait des erreurs de grammaire ou de vocabulaire
    On est à l'ère de la mondialisation, les gens sont différents, les cultures sont différents, donc respectons nos différences et soyons plus tolérants!

    http://happy-pillz.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on peut plus de tolérance, surtout que ce problème peut cacher quelque chose de traumatisant.
      Bises

      Supprimer
  4. Je viens de lire, ton article plus récent sur le même sujet d'ailleurs.

    J'ai exactement le même problème, je suis très inattentive et j'ai appris à écrire avec ma mamie qui n'était la pas meilleure qui soit en la matière (mais je l'aime quand même lol).

    Je t'avouerais que depuis petite, j'adore lire et pas qu'un peu. Pourtant, ça ne m'a JAMAIS aidé à surmonter ce problème. Alors bon, je veux bien croire que ça en a aidé certains, mais bon faut croire qu'on ne lit pas tous pour les mêmes raisons.

    Je vois souvent dans des articles, que beaucoup ne s'attardent pas sur un blog à cause des fautes. Et honnêtement, ça me choque parce que ça revient à revendiquer une certaine supériorité sur l'auteur, genre même si ton sujet est cool t'écris mal t'as pas le droit à la parole..

    Je pense qu'on est beaucoup, dans ce cas-là pour ma part ça ne m'a pas empêché d'être bac+5 en communication alors que je suis un pied en orthographe et que techniquement, c'est le pire domaine pour en être un lol.

    (je pense, que j'ai donné toute ma vie dans ce commentaire lol)

    RépondreSupprimer


Merci pour ton joli petit mot! Profite bien ce qu'il y a autour de toi...
♥ ♥ ♥ ♥

© Autour de Cia • Theme by Maira G.