Les démons  du blogueur : statistiques et compagnies

La semaine dernière, j'écrivais un article sur les bonheurs que m'a permis mon blog à la fois en rencontrant d'autres blogueuses ou en participant à des événements, parce que pour moi l'aventure du blog est avant tout cela: LA RENCONTRE et l'ECHANGE. Il s'agit d'une expérience qui me permet de partager et d'échanger avec d'autres personnes. J'avais intitulé cet article "Quand le blog devient réel..." parce que mon blog qui est ma bulle, ma fenêtre ouverte sur le monde m'a permis de créer plusieurs choses bien réelles (de nouvelles connaissances, de nouvelles amitiés et même de concrétiser un projet). 


Peut-être que vous ne me croyez pas à propos de ce sujet, à propos de cette envie de rencontres et d'échanges. Oui, comment peut-elle dire que c'est son intérêt premier alors qu'elle a été invitée à un événement et qu'elle est repartie avec un tas de trucs. Je ne vous le cache pas que cette partie aussi est très agréable. Bien sûr, j'ai aimé être conviée à l'événement de The Beautyst et Pinterest, j'ai aimé être mise en avant, j'ai aimé repartie avec des goodies et les créations qu'on avait fait, ... Oui, c'est vrai, je le reconnais aussi cette partie là m'a plu. Je l'ai autant aimée que toutes les rencontres que j'y ai faites. C'est normale, à près tout c'est humain d'aimer recevoir. Cette invitation était un peu comme une reconnaissance de mon travail sur le blog. 


Mais est-ce que tout cela fait de moi une blogueuse vénale, une blogueuse intéressée? 
Quelle est la motivation - ou les - d'avoir un blog? Suis-je intéressée par le fait de bloguer ou est-ce que je blogue intéressée?

C'est les questions que je me suis posée cette semaine suite à quelques événements. 

Le premier a été un échange sur twitter à propos des blogueurs qui bloguent avec intérêt, qui se plaignent de ne pas faire de grandes vues, de ne pas attirer les gens même en faisant des tonnes de concours, ou de ne pas avoir assez de visibilité sur les plateformes dédiés aux blogs (comprenez Hellocton). Je n'aime pas du tout ce genre de raisonnement, il ne correspond pas à ma façon de penser le bloguing. Mais finalement, c'est comme dans la vie. Il faut de tout pour faire un monde, et les blogs devenant de plus en plus incontournables et ancrés dans la logique des gens, il y a bien sûr des personnes qui pervertissent la chose.


Mauvaises pensées

En début de ce semaine, j'ai repensé à cet échange twitter et je me suis souvenue qu'il m'était arrivé déjà d'avoir de "mauvaises pensées":

- j'ai déjà été déçue qu'un de mes articles ne soit pas mis en avant sur Hellocoton. C'est le cas pour les articles bilans sur mon abonnement Birchbox, j'y avais passé énormément de temps: 2 ans de produits listés, répertoriés, puis analysés et enfin la création des infographies. J'étais très fière de ces articles que j'avais mis du temps à écrire, ce n'est pas un bilan comme on en voit d'habitude sur les blogs, c'était un bilan argumenté et global. J'avais tout décortiqué de A à Z, comme je le fais dans mon boulot. Les premiers retours étaient très enthousiastes. Je le reconnais, j'aurais voulu que ces articles soient mis en avant. 
Oui, j'ai été déçue. Mais en ai-je le droit? Non, peut-être, oui. En fait, je ne sais pas! Ce n'était pas grave au final, car ce n'était pas le but de ces articles. Je n'avais pas écrits ces articles dans cette optique de mise en avant. Cela aurait été simplement la cerise sur le gâteau. Mais avoir cette petite pincée au cœur m'a fait réaliser que certainement, oui, on espère quelque chose avec nos blog.


- puis cette semaine, j'ai perdu deux cotons - abonnés - sur Hellocoton. J'ai dit ma tristesse et mon incompréhension sur twitter. Certaines personnes sont venues me consoler. Leurs mots m'ont fait beaucoup de bien. Et encore une fois, j'ai réalisé que je me trompais. Pourquoi avais-je eu ce sentiment de tristesse à la perte de deux abonnées - que je ne connaissais certainement pas - alors que d'autres sont là pour moi tout le temps et me le montre? 
C'est comme si ce chiffre d'abonnés était une reconnaissance. Au final, ce qui est important ce n'est pas le chiffre d'abonnés mais la relation que j'ai avec eux. Certains ne sont même plus des abonnés, elles sont  simplement mes amies et c'est ce qui compte.


Ces petits exemples sont ce qui m'ont fait comprendre que le monde du bloguing a des frontières floues qui peuvent être dangereuses. Cela peut nous emporter vers des sentiments, des raisonnements que l'on ne souhaite pas avoir. 

Alors suis-je une blogueuse intéressée à cause de ces pensées, à cause de ces exemples? Non, je dirais que je suis une petite blogueuse qui a de temps en temps besoin de reconnaissance. Et que le moyen le plus facile de la matérialiser - mais peut-être le plus néfaste - est l'augmentation de la fréquentation du blog (vus, commentaires, abonnés, mails, demandes,...). Plus ça augmente, plus on a l'impression d'être reconnu, d'être aimé. Le bloguing, c'est aussi ça: une affaire de stat' et de reconnaissance. C'est normal, on a tous envie de savoir ce que le lecteur préfère, mais ça peut nous perdre. Cela ne doit pas devenir une obsession.

Je suis comme tout blogueur parce que finalement moi aussi j'aime être lu, j'aime qu'on commente et j'aime vous répondre. 


Une question de chiffre?

En plus, comme je vous l'ai déjà mentionné dans plusieurs articles une composante de mon travail est justement l'analyse statistique. J'ai passé un an à Rome à ne faire quasiment que ça, à appliquer les statistiques au domaine du patrimoine culturel. Pour mon boulot, je peux passer des heures sur Excel et des logiciels dont vous n'imaginez pas l'existence et qui sont cent fois plus puissants que Google analytics. Pour beaucoup, les statistiques sont du charabia, mais pour moi, c'est de la récréation! C'est une partie de mon travail que j'adore et que je maîtrise. (Je suis un peu tarée dans mon boulot avec les statistiques, au point que ça m'a valu le surnom de Statistics Queen à Rome!)

Donc vous pouvez aisément imaginer que je regarde les statistiques de mon blog et que je les comprends. Ma peur avec mon blog était que cette partie de mon travail me rattrape et que cela devient obsessionnel. Je vous rassure tout de suite, cela ne se passe du tout comme ça; même si je regarde mes statistiques, je n'adapte pas mon blog en fonction. Sans blague! Vous aurez peut-être du mal à me croire sur ce sujet mais c'est réellement le cas. Si je devais écouter les statistiques, je ne vous parlerais plus de cuisine, je vous présenterais plus de vernis, et même plus d'articles beauté, mon blog ne serait composé que d'articles Humeurs. 

Mais non, j'insiste, je vais continuer à vous présenter des recettes tous les samedis et aussi à vous parler beauté. Les articles Humeurs auront toujours leur place sur mon blog, comme aujourd'hui d'ailleurs. Pourquoi je ne suis pas mes statistiques, alors que c'est dans ma nature professionnelle? parce que mon blog est mon espace personnel, parce que ce blog est avant tout pour moi, pour partager avec les autres, mais pour partager les choses que j'aime. 
Finalement, ce blog est peut-être l'une des choses les plus égoïstes que j'ai fait mais qui m'apporte le plus humainement parlant. Cette chose personnelle s'est transformée en échange avec les autres, avec vous, mais je continue d'y garder cet esprit singulier. Si j'écris - même avec des fautes d'orthographe - c'est parce que quelque chose me plaît, c'est aussi une manière de la garder.


Alors non, avoir un blog - MON BLOG-  n'est pas une histoire de chiffre (vus ou  abonnés). J'ai ouvert mon blog avant tout par passion, par envie, mais de temps en temps je me fais quand même rattraper par une autre réalité.

Oui, je regarde mes statistiques.
Oui, j'ai besoin de reconnaissance.
Oui, j'ai déjà reçus des produits.
Oui, j'ai déjà participé à des événements.

Mais avant tout j'ai reçu votre amour et votre amitié.

Grâce à vous, je me suis ouverte, je progresse sur beaucoup de choses. Et ça c'est le plus important!

Et puis si l'aventure du blog peut aussi m'apporter ces petites opportunités, ces petits bonus, qui égayent mon travail, où est le mal?!



J'espère que malgré mes défauts, mes mauvaises pensées et mes petits coups de mou, vous continuerez à m'accepter en tant que blogueuse et en tant qu'amie, que nous allons continuer à discuter ensemble des joies et aussi des petits malheurs de la vie.



Et vous, quel est votre rapport avec votre blog et  avec à ce géant gentil monstre des statistiques et ses autres copains (reconnaissance, abonnés, partenariats, ect!)?

 




Cet article est fortement inspiré d'une conversation que j'ai eu avec la magnifique blogueuse Paulinement vôtre.



Allez on termine cet article en chanson parce que j'adore cet artiste et ne prenez pas La Mauvaise Direction avec vos blogs