SLIDER

GR10: De Cauterets au refuge des Oulètes de Gaube

De Cauterets au refuge des Oulètes de Gaube

Voici la seconde étape de nos vacances de l'an dernier. Lors d'un précédent article, je vous avez laissé à notre bivouac de Cauterets à côté des thermes de Pauze-Vieux. Aujourd'hui, nous reprenons la route en direction du massif du Vignemale. Cette étape nous a réservé beaucoup de surprises comme vous le verrez.  

Départ de Cauterets au refuge des Oulètes de Gaube en passant par le Lac de gaube

Après un bon et copieux petit déjeuner, nous avons replié notre tente et refait notre paquetage pour reprendre le sentier en direction de La Raillère. Le sentier passe par la forêt par le chemin des Pères, avec par moments une corniche en pierre qui offre de jolis point de vue sur la vallée de Cauterets. Ce chemin est très facile à pratiquer et débouche sur la cascade de Lutour. Magnifique paysage. Quelques quelques photos et quelques éclaboussures, nous sommes descendu en directement de la Raillière. 



Une odeur d'oeufs pourris accompagne notre arrivée à la Raillère. Rien d'étonnant puisqu'il s'agit de souffre comme en témoigne les dépôts jaunes sur les roches dans le gave. Vous comprenez donc pourquoi les établissements thermaux ont été construits à cet endroit pour bénéficier de cette eau soufrée. 

La Raillère est l'un des points d'accès au Parc National des Pyrénées. Le chemin qui mène au pont d'Espagne, puis au Lac de Gaube est particulièrement fréquenté en été par les touristes pour une marche d'une journée. Il y a un parking au départ, un restaurant au pont d'Espagne, la possibilité de prendre le télésiège pour rejoindre le lac. C'est la promenade idéale pour la journée. 


Nous étions donc loin d'être seuls pour cette étape du sentier et tout ce monde nous a ralenti. Au lieu de faire la section La Raillère-Pont d'Espagne en 1h30 comme le décrit le topo-guide, nous avons presque doublé ce temps. Plusieurs raisons à cela: nous étions très chargé, puis la fréquentation. Nous avons eu l'impression de piétiner et de nous faire bousculer, ce qui ne fait pas du bien au pied justement. Parmi tout notre séjour, c'est l'étape que j'ai la plus détestée faire. C'est bien dommage car le lieu est vraiment sympa, la forêt, plusieurs cascades, on longe la rivière. 


L'arrivée au pont d'Espagne a sonné notre déjeuner. Nous avons trouvé une place pour notre réchaud parmi tous les touristes d'un jour. En effet, peu sont ici pour faire le GR 10, beaucoup sont là pour monter au Lac de Gaube le temps d'une journée.

Déjeuner au Pont d'Espagne /  Possibilité de ravitaillement en eau potable



Comme nous ne voulions pas re-piétiner sur le sentier menant au lac, nous avons décidé de tricher un peu et de nous avancer en prenant le télésiège. Normalement, il n'est pas possible de ne faire que l'aller (on doit payer l'aller-retour ou alors seulement le retour). Mais nous avons expliqué notre situation aux agents saisonniers, qu'on souhaitait monter plus rapidement pour aller sur le GR et nous rendre au refuge de la Hourquette. Ils ont décidé de nous faire payer seulement le prix du retour et nous avons utilisé notre ticket pour la montée. C'était vraiment commercial et sympa de faire ce geste. 


Nous avons donc embarqué dans le télésiège, nous en premier et nos sacs dans le télésiège derrière nous. J'ai passé la montée à regarder si nos sac n'allaient pas tomber. Mais tout c'est très bien passé. 

En haut, nous avons continuer vers le lac. Nous avons fait une petite pause barre énergétique et téléphone avant de perdre le réseau pour plusieurs jours. Déjà, il faut bien le chercher le réseau à cette altitude. C'est aussi ici que nous avons vu notre première marmotte, mais de très loin. Ici, vous pouvez trouver un restaurant et un café.

Pause au Lac de Gaube

Le lac est magnifique. Le paysage est à couper le souffle. Je comprends pourquoi autant de gens souhaite monter ici l'été. Je n'ai pas résisté à mettre mes pieds dans l'eau. Celle-ci est glacée. Ce n'est pas là que je vais utiliser mon maillot de bain. 


Le sentier du GR10 contourne le lac. A partir de cet endroit, vous êtes de plus en plus seuls. En effet, peu de personnes font le tour du lac. D'ailleurs, vous voyez déjà le chemin que vous allez d'avoir emprunter. La silhouette du Vignemale vous accompagne durant le début de ce voyage.
Après avoir franchir un petit torrent, vous montez en direction de la cabane du Pinet. Celle-ci offre un abris pour les randonneurs. Autour il y a d'ailleurs beaucoup d'endroits pour bivouaquer, sûrement avec les vaches qui sont très présentes l'été. 

Comme nous avons encore du temps devant nous, nous avons décidé de continuer pour la journée et d'atteindre le refuge des Oulètes de Gaube. Il faut compter entre deux bonnes heures selon le poids de votre paquetage et votre allure. Sachez également qu'il y aura peu d'endroits pour établir votre bivouac entre la cabane du Pinet et le refuge des Oulètes de Gaube, en raison des terrains très humides à cette altitude. Il faudra donc être sûr d'avoir la force d'atteindre le refuge avant de vous lancer. 

Après la cabane du Pinet, nous continuons à monter très rapidement dans un paysage de grandes pierres. Nous suivons le torrent, nous attendons la cascade d'Esplumouse. La vue est belle mais pour nous elle fut assez brumeuse. Le temps s'est adoucit durant notre ascension. 


Puis le sentier passe par une passerelle qui franchit le gave des Oulètes de Gaubes et débouche sur un plateau assez reposant pour les pieds. Veuillez à bien suivre le sentier car les pâturages de ce plateau sont très bourbeux. Ici nous avons la chance d'apercevoir dans la brume des izards. 


Mais nous ne sommes pas encore arrivés au refuge. Il faut continuer à monter par un escarpement granitique. Puis, on arrive encore sur des pâturages. Au bout de cela il ne reste plus qu'à gravir le sentier dans la montagne pour déboucher sur le refuge . Ici vous pouvez bivouaquer sans problème. Vous avez également accès au refuge. 

Bivouac au refuge des Oulètes de Gaube/ Possibilité de restauration et eau potable derrière le refuge.

Nous avons donc passer la nuit ici avec de nombreux autres randonneurs. En effet, il y avait un petits champs de tentes. Durant la nuit, nous avons été réveiller par un orage. Choisissez bien votre terrain de bivouac car nos voisins de camping ont été inondés et ont dû passer une partie de la nuit à sécher le matériel et replanter. 


Le levé du jour s'est accompagné du son des cloches des moutons et brebis, mais aussi par des marmottes.

Avoir accès au refuge fait un bien fou. Grâce aux commodités, vous pouvez faire un brin de toilette si régénérant pour la suite de votre marche.

On se retrouve bientôt pour la suite de notre voyage du refuge des Oulètes de Gaube au barrage d'Ossoue.

Et vous, quelles sont les randonnées que vous avez déjà effectuées? 
Autour de Cia

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire


Merci pour ton joli petit mot! Profite bien ce qu'il y a autour de toi...
♥ ♥ ♥ ♥

© Autour de Cia - Blog Beauté & Lifestyle Bordeaux • Theme by Maira G.